« Fais-lui l’aumône, ô femme, Car il n’y a plus grande peine Que d’être aveugle à Grenade » disent les vers du poète Francisco de Izaca.

Mais si, il y a pire : y être abstème ou y avoir perdu l’appétit.

tapas-grenade-andalousie-voyage

Bien que la coutume du tapeo soit enracinée à de nombreuses régions d’Espagne, et qu’une grande partie de l’Andalousie l’inclut dans le prix (avec une boisson), il y a peu d’endroits où cet art épicurien de savourer la nourriture en petites portions variées excelle avec autant de générosité et d’abondance qu’à Grenade.

A Grenade un demi de bière ou un verre de vin avec tapas coûte en moyenne 2 euros.

Mais les tapas offertes ne sont pas qu’une soucoupe de maigres olives, ni de frites industrielles comme dans de nombreuses villes. Non. Il y a à Grenade un véritable savoir-faire et une réelle compétence pour offrir un festival de saveurs à chaque service. Elles sont par ailleurs servies en de telles quantités que l’on se demande bien souvent si un tel commerce est rentable. Un peu de chien de mer en assaisonnement, une crevette blanche, une tranche de jambon avec tomate, quelques aubergines frites, un peu de paella, un mini hamburger…

Vous vous promenez entre la Cathédrale et la calle San Matias ou la calle Elvira, et trois bières plus tard, vous rentrez comblés, ayant bu et mangé. Et plus content que des castagnettes !

tapas-andalousie-voyage-gastronomie

Un bon point de départ pour découvrir la tapa de Grenade est la calle Navas, la rue des bars, des touristiques, servant des paellas la nuit, aux plus authentiques. C’est le cas de Los Diamantes (au 26 de la rue), un classique grenadin ouvert en 1942 toujours bondé. Il faut pousser un peu pour se faire une place. On y déguste de bonnes crevettes et un poisson frit succulent.

En continuant calle Navas, après avoir croisé celle de San Matias, la rue devient celle de la Virgen del Rosario, où vous trouverez La Tana, un petit bar lui aussi toujours plein, où de bons vins sont conseillés, servis à bonne température et à la coupe.

Le restaurant Sevilla (12 rue Oficios) prétend être le plus ancien restaurant de Grenade. Ouvert en 1930, Federico Garica Lorca, Manuel de Falla ou Manolete y venaient parfois se régaler.

Mais ce ne sont là que quelques exemples parmi une multitude de bars proposant chacun leur spécialité. Le mieux est encore d’y aller soi-même et de découvrir ses tapas favorites.