Plus de 100 km de littoral et 320 jours de soleil à l’année. La Costa Tropical grenadine est un verger aux pieds de la Sierra Nevada. Il n’y pas de côte plus illuminée en Espagne.

 

Cote tropicale d'andalousie

Plage de la costa tropical

L’ensoleillement de cette côte d’Espagne garantie un climat tempéré qui est la raison même du nom donnée au littoral de Grenade. La Costa Tropical est parsemée de tours et de forteresses qui témoignent de son passé, de champs et potagers en terrasse où poussent des fruits inhabituels en cette terre d’Espagne – avocats, mangues, anones, bananes, goyaves -, et de villages blancs comme le lait qui se présentent chaque matin à une mer tranquille et intensément bleue.

C’est une côte accidentée, belle et excentrique, aux falaises parfois vertigineuses, aux profondes vallées et aux criques intimes et cristallines à moins de 30 km de la Sierra Nevada, le toit de la péninsule ibérique. Salobreña est la perle de ce littoral. Son vieux centre entassé se distribue autour d’une colline qui était autrefois une île séparée de la terre ferme par un bras de mer. Le village est doté d’un château duquel les arabes puis les chrétiens scrutaient les éventuelles menaces en provenance des eaux méditerranéennes.

Les quartiers de Salobreña portent des noms arabes et évoquent ceux de la capitale par leurs rues étroites, leurs petites places et  miradors qui regardent vers les plages. La terre a gagné du terrain au pied de l’antique île, et des plantations de canne à sucre inondent aujourd’hui l’arrière des plages. La Herradura, district frontalier avec la province de Malaga, est emprisonné entre le promontoire du Cerro Gordo et l’abrupte Punta de la Mona.

excursions sous-marines et sports nautiques

Au cours de la dernière décennie, elle s’est convertie en un des centres touristiques les plus emblématiques de la Costa Tropical. On y pratique toute sorte de sports nautiques, à l’instar du port de Marina del Este, épicentre des meilleures excursions sous-marines du littoral de Grenade. La ville d’Almuñecar, elle, n’a pas souhaité être qu’une simple destination touristique. Tout au long de l’année, elle est aussi le centre culturel de la comarca. Chaque jour, plus de visiteurs viennent céder aux tentations historiques que renferme le Musée Archéologique situé dans la grotte des Sept Palais. Le Parc ornithologique réuni quant à lui plus de 120 espèces d’oiseaux en provenance des quatre coins du monde.

L’histoire raconte que c’est sur la plage de San Cristobal que débarqua le fondateur de la dynastie omeyyade à Cordoue, Abderraman I. Ce furent les débuts d’un califat qui irradia le moyen-âge de sa lumière et de sa culture.

Plus à l’intérieur des terres, Motril est la deuxième plus importante ville de la province de Grenade. Elle ne donne pas sur la mer, mais elle possède une côte qui compte sept plages. La ville est bordée de montagnes, et à ses pieds germe une plaine fertile. Le sanctuaire de Notre Dame de la Cabeza couronne la ville. Il est construit sur le palais de la sultane Aixa, mère du dernier souverain de Grenade, Boabdil. A ses pieds, le parc des Villages Américains est une agréable promenade de la ville au bout de laquelle se dresse l’église de la Encarnacion, le principal monument historique de la ville.

Torrenueva, Carchuna, Calahonda et Castell de Ferro suivent Motril le long de la Costa Tropicale. Leurs vieux bastions défensifs, les plus récents datant du 18e siècle, protégeaient les rivages des incessantes attaques de pirates berbères. Plus à l’est, la Vega fertile fait place à des falaises qui se prolongent jusqu’à Almeria: des terres où la soif commence à se faire sentir et où le désert appelle un paysage lunaire et insolite. Mais ceci est un autre voyage.